Le glaucome aigu est beaucoup moins courant que le glaucome chronique, mais il est dangereux car il peut causer une diminution et même une perte de la vue très rapidement.
Dans le cas du glaucome par fermeture de l’angle, le système d’évacuation est entièrement fermé, ce qui cause une montée très forte et très rapide de la pression oculaire (souvent en seulement quelques heures), souvent jusqu’à > 50 mmHg.

Symptômes

Contrairement au glaucome chronique, le glaucome aigu a des symptômes rapidement évidents : des yeux douloureux, rouges et ternes. Le globe oculaire est dur et sensible et la vue est souvent floue. De plus, des symptômes généraux apparaissent : nausées, vomissements, maux de tête et maux de ventre.

Il est très important de savoir reconnaître les symptômes du glaucome aigu, parce qu’un traitement rapide est indispensable. En seulement quelques jours, le glaucome aigu peut provoquer une diminution de la vision irréversible et incurable.

Glaucome : traitement

Méthodes d’examen

Il vaut mieux dépister le glaucome avant que les symptômes n’apparaissent.

Une simple mesure de la tension oculaire donne un faux sentiment de sécurité. Une forte tension oculaire n’implique pas forcément le glaucome, car les cellules du nerf optique de certaines personnes ont naturellement une forte tension oculaire. À l’inverse, une tension oculaire normale n’exclut pas le risque de glaucome, car les cellules du nerf optique de certaines personnes sont très sensibles et peuvent être détruites à des tensions en dessous de 21 mmHg. La vraie cause est souvent une mauvaise circulation du sang dans l’œil.

Un fond d’œil (examen interne du fond de l’œil pour identifier les anomalies de la rétine) est utilisé pour déterminer la taille de l’excavation du nerf optique. Pour cela, on peut également faire un examen radiologique. Si chaque nouvel examen montre une excavation augmentée, c’est un signe de glaucome.

Autres méthodes d’examen :

  • Mesure de la tension oculaire avec ou sans contact.
    Périmétrie ou analyse du champ visuel, pour détecter à temps les zones aveugles éventuelles, avant que celles-ci ne soient remarquées.
  • Gonioscopie (examen de l’angle irido-cornéen) pour déterminer la forme de glaucome.
  • Pachymétrie (mesure de l’épaisseur de la cornée) en tant que facteur de correction de la tension oculaire mesurée.
  • Analyse “Scheimpflug” (mesure de l’angle irido-cornéen)

Traitement
Si l’une des méthodes d’examen ci-dessus mène au diagnostic d’un glaucome chronique ou aigu, l’ophtalmologiste tente tout d’abord de faire baisser la tension oculaire à l’aide de gouttes ophtalmiques.

Si les gouttes ophtalmiques ne suffisent pas (ou plus), un traitement au laser peut être utile. Pour le glaucome chronique, il s’agit de la trabéculoplastie au laser. L’énergie du laser est utilisée pour rouvrir le système d’évacuation du liquide intraoculaire et ainsi rabaisser la tension oculaire. Pour traiter le glaucome aigu, on fait une “iridotomie au laser YAG”, qui consiste à faire un trou minuscule dans l’iris permettant l’évacuation du liquide intraoculaire et donc la baisse de la tension oculaire.

Si un traitement au laser n’est pas efficace, on doit alors faire appel à la chirurgie. Dans le cas du glaucome chronique, on utilise une procédure de filtration. Dans le cas du glaucome aigu, on fait un petit trou dans la partie supérieure de l’iris (iridectomie). Il est également possible d’éliminer le cristallin afin de créer plus d’espace dans la partie antérieure de l’œil (extraction du cristallin).

Pour plus d’informations, prenez rendez-vous aujourd’hui.