En premier lieu, le kératocône peut être traité par des verres correcteurs ou des lentilles de contact (semi-)rigides, mais il y a de grandes chances qu’une intolérance progressive se manifeste avec le temps. En cas d’évolution de l’anomalie, une greffe de cornée était jusqu’à maintenant la seule possibilité, avec un haut risque de complications.

Depuis peu, de nouvelles technologies sont disponibles. Le cross-linking par les UV est capable d’arrêter l’amincissement de la cornée, et les anneaux intra-cornéens permettent de normaliser la forme de la cornée.

Cross-linking par les UV

Dans le cas du kératocône, les liens (ou cross-links) entre les fibres de collagène sont affaiblis, ce qui rend la cornée moins solide.

Le cross-linking par les UV est une nouvelle technique. Le but de ce traitement est de renforcer la structure du collagène dans la partie centrale de la cornée, en formant de nouveaux liens entre les fibres de collagène. La rigidité et la stabilité de la cornée sont alors améliorées, et la partie centrale de la cornée, qui était fine et fragile, se trouve légèrement aplanie. La myopie et l’astigmatisme diminuent. Ce traitement n’a cependant pas d’intérêt dans les cas avancés de kératocône.

Principe
Un liquide photosensible (riboflavine) est déposé sur la cornée et pénètre les couches profondes de celle-ci. La cornée est ensuite exposée à des UVA, qui permettent la formation de liaisons entre les fibres de collagène et donc l’augmentation de l’épaisseur de celles-ci. Les fibres de collagène sont alors trois fois plus solides et le processus se stabilise après 6 mois. La cornée s’aplanit et l’acuité visuelle est améliorée. Cette technique peut empêcher la progression du kératocône pendant la phase progressive.

Avantages
Jusqu’à maintenant, ce traitement durait plus d’une heure (30 minutes d’application du liquide et 30 minutes d’exposition aux UV). Aujourd’hui, grâce à la technologie AVEDRO, le traitement est limité à maximum 20 minutes d’application du liquide et 4 minutes d’exposition aux UV. Cette amélioration est surtout due à une nouvelle formulation du produit et une plus haute énergie de la source d’UV.

Un avantage en plus, c’est que le traitement est transépithélial et qu’il n’y a donc pas de douleur postopératoire.
La correction des anomalies de la réfraction (myopie, astigmatisme irrégulier) se fait soit au préalable au laser (laser Excimer commandé par topographie), soit ultérieurement par la pose d’implants toriques.

Qui peut bénéficier de ce traitement ?

  • Prévention du kératocône
  • Traitement de la forme progressive du kératocône
  • Traitement de l’ectasie (formation de protrusion) de la cornée
  • Instabilité de la cornée après kératotomie radiaire (incisions dans l’œil pour corriger la myopie)
  • En cas d’œdème cornéen chronique ou d’ulcère cornéen résistant
  • En cas de kératocône récidivant après une greffe de cornée

Risques
Les risques éventuels liés à cette intervention sont une cicatrisation lente, une cicatrisation anormale (le risque est plus faible avec la technologie AVEDRO), et des infections postopératoires.

Qui ne peut pas bénéficier de ce traitement ?
Les personnes avec une cornée dont l’épaisseur est < 325 µm, avec des problèmes de cicatrisation épithéliale, avec un herpès oculaire, et les femmes enceintes.

Anneaux intra-cornéens (INTACS)

Principe
Les anneaux intra-cornéens peuvent être utilisés en cas d’intolérance aux lentilles de contact ou pour reporter une greffe de cornée éventuelle. En ambulatoire ou sous anesthésie locale, 1 ou 2 anneaux en demi-cercles sont placés dans l’anneau extérieur de la cornée. La partie centrale de la cornée se retrouve alors aplanie et la myopie et l’astigmatisme en sont diminués. Les anneaux renforcent la partie faible et bombée de la cornée.

Cette technique, qui existe depuis plus de 15 ans, passe actuellement à une vitesse supérieure : la création du tunnel, autrefois mécanique, est maintenant effectuée avec plus de précision grâce au laser (Ziemer). La forme irrégulière de la cornée est perfectionnée, et la qualité de vie du patient est alors améliorée.
Une adaptation des anneaux intra-cornéens est nécessaire dans environ 10% des cas.

Risques
Les complications éventuelles peuvent être un déplacement de l’anneau ou des infections post-opératoires, mais ces complications peuvent être traitées facilement si elles sont constatées rapidement. Après l’opération, des irritations, halos et une photophobie temporaires peuvent se produire.

Greffe de cornée
Si les traitements ci-dessous ne sont plus possibles, on peut envisager une greffe de cornée. À un stade avancé du kératocône, les lentilles de contact sur mesure ne sont plus possibles et une greffe de cornée peut être la solution. Environ 20% des patients kératoconiques en arrivent à cette phase.

Pour plus d’informations, prenez rendez-vous aujourd’hui.